Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 15 novembre 2019 - Saint Albert le Grand
Date : mercredi 29 juin 2005

 

Homélie

Saint Pierre et Paul, apôtres

La liturgie nous invite à célébrer aujourd’hui la mémoire des deux Apôtres Pierre et Paul, les deux colonnes de l’Eglise comme aiment à les appeler les Pères de l’Eglise.
Selon l’antique tradition, la Liturgie les célèbre ensemble, en faisant mémoire le même jour de leur martyre. Ensemble, ils ont scellé avec leur propre sang le témoignage qu’ils ont rendu au Christ par la prédication et le ministère ecclésial.

« Jette ton manteau sur tes épaules et suis-moi » (Ac 12,8). C’est ainsi que l’ange s’adresse à Pierre, qui est détenu dans la prison de Jérusalem. Et Pierre, selon le récit du texte sacré, « sortit, et il le suivait » (Ac 12,9). La première lecture nous relate ainsi l’évasion miraculeuse de Pierre de la prison de Jérusalem. Par l’intervention extraordinaire de son ange, Dieu vient en aide à son apôtre pour qu’il puisse poursuivre sa mission. Une mission difficile, qui comporte un itinéraire complexe et exigeant. Une mission qui atteindra sa plus haute expression par le martyre à Rome.
Dans la deuxième lecture, Paul réassumant quasiment tout son itinéraire apostolique et missionnaire, lui le persécuteur devenu l’apôtre des nations, affirme : « J’ai échappé à la gueule du lion ; le Seigneur me fera encore échapper à tout ce que l’on fait pour me nuire. Il me sauvera et me fera entrer au ciel, dans son Royaume » (2 Tm 4,17).

Pierre et Paul, tous les deux, furent envoyés par le Christ annoncer l’Evangile dans un contexte hostile à l’œuvre du salut. Et chacun de leur parcours témoigne que le Seigneur n’abandonne jamais dans sa mission celui qu’il a choisi et envoyé.
A Jérusalem, Pierre expérimenta cette résistance en étant emprisonné par le roi Hérode avec l’intention de « le faire comparaître devant le peuple » juif dont il voulait s’attirer les faveurs. Mais, le Seigneur veillait sur celui qu’il avait choisi pour porter sa Bonne Nouvelle et il le libéra miraculeusement.
Le Converti de la route de Damas, lui aussi, envoyé par le Ressuscité, devait rencontrer l’adversité dans l’annonce de l’Evangile du salut. Ses lettres ne sont-elles pas un témoignage des luttes et combats qu’il dut mener dans les différentes cités de l’Empire romain où l’Esprit Saint le conduisit ? Mais il nous le dit lui-même dans la deuxième lecture de ce jour : le Seigneur l’a toujours assisté, lui donnant d’échapper mainte fois à la gueule de lion, le remplissant de force pour pouvoir annoncer jusqu’au bout l’Evangile et le faire entendre aux nations païennes.

Pour Pierre et Paul, ce parcours apostolique et missionnaire allait s’achever à Rome, scellé dans le témoignage le plus éloquent qui soit. A quelques années de distance, ils subirent le martyre, consacrant ainsi cette ville une fois pour toutes au Christ, leur sang devenant avec celui de toutes celles et ceux qui subirent la persécution de Néron « semence de chrétiens. »
L’itinéraire de foi et d’amour qui conduisit Pierre et Paul de leur terre natale à Jérusalem pour arriver à travers le bassin méditerranéen jusqu’à Rome est en quelque sorte le modèle du parcours que chaque chrétien est appelé à accomplir pour témoigner du Christ ressuscité.
Il s’agit tout d’abord de se laisser saisir par Jésus. Reconnaître en lui le Messie, le Christ, le Fils du Dieu vivant. Faire cette expérience de rencontre en vérité avec le Ressuscité et devenir en chaque circonstance de notre existence un signe éloquent de sa puissance victorieuse. Au milieu des épreuves, à celui qui à chaque instant met sa confiance en Dieu, cela demeure possible. C’est pourquoi nous n’avons pas peur. Et cela est d’autant plus vrai qu’au cœur même de l’adversité et de la douleur, nous faisons aussi l’expérience de la présence réconfortante de l’Esprit. C’est alors que dans notre vie, comme dans celle de Pierre et de Paul, nous voyons s’accomplir ces paroles du psaume : « Je cherche le Seigneur, il me répond : de toutes mes frayeurs il me délivre » (Ps 33, 5).

Oui, saint Pierre et saint Paul nous présentent le paradigme du chemin spirituel de tout chrétien : un itinéraire de conversion, de foi et d’amour à l’égard du Christ.
« Tu es heureux, Simon Fils de Jonas » ! La béatitude de Simon est la même que celle de la Très Sainte Vierge Marie, à laquelle Elisabeth dit : « Bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur » (Lc 1,45).
C’est la béatitude qui nous est également réservée à nous qui faisons partie de la communauté des croyants de ce début de troisième millénaire. En ce jour, Jésus s’adresse à nous pour nous dire : « Bienheureux êtes-vous, vous qui conservez l’Evangile dans toute sa pureté et qui continuez à le proposer avec un enthousiasme renouvelé aux hommes de votre temps ! »
Dans la foi, fruit de la rencontre mystérieuse entre la grâce divine et l’humilité humaine qui s’en remet tout entière à celle-ci, se trouve le secret de la paix intérieure et de la joie du coeur qui anticipent d’une certaine manière la béatitude du Ciel.
Au sujet de la foi, saint Paul, ce grand missionnaire, nous enseigne qu’elle se « conserve » lorsqu’on la donne si bien qu’au moment où il fait le bilan de sa vie il peut s’écrier : « J’ai combattu jusqu’au bout le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi » (2 Tm 4,7).
Cette mission évangélisatrice initiée par les disciples à la Pentecôte se poursuit dans le temps et c’est la manière normale avec laquelle l’Eglise, à travers les membres que nous sommes, administre le trésor de la foi.
Mais cette foi ne conduit au salut que dans la mesure où elle est animée de l’amour, de la charité. C’est ici que le martyre de Pierre et Paul au terme de toute leur action évangélisatrice vient révéler ce qui en faisait toute l’essence, ce qui en constituait tout le dynamisme : l’amour de Dieu et l’amour des hommes, la gloire de Dieu et le salut des âmes.

« Seigneur, sur le chemin rocailleux de nos existences où les épreuves ne manquent pas, que le témoignage de saint Pierre et de saint Paul nous stimule en intensifiant en nous le désir d’apporter la Bonne Nouvelle de ton amour à chaque être humain. Qu’avec eux, nous puissions proclamer haut et fort et te répéter à chaque instant : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, notre unique Rédempteur, l’unique Rédempteur du monde ! »




Homelie.fr


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales