Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
Vert - Férie 21 octobre 2014 - Sainte Céline
Vous êtes ici: Les méditations » Dans le royaume de Dieu on ne regarde pas en arrière
 

Vie Chrétienne

Dans le royaume de Dieu on ne regarde pas en arrière

Saint Luc 9, 57-62

En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. » Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : « Permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu. » Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. » Jésus lui répondit : « Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »

Introduction à la prière Comme les gens dans cet évangile, je veux te suivre. Je veux garder les yeux toujours fixés sur toi. Je t’aime par-dessus toutes choses.

Demande Seigneur Jésus, fais-moi la grâce de mieux me connaître et de me connaître plus sincèrement.

Points de réflexion

1. Regardons de plus près nos excuses. Dans cet évangile, beaucoup de ceux qui prétendent vouloir suivre Jésus avancent des excuses apparemment valables pour retarder le moment de partir à sa suite : assister aux funérailles du père, dire au revoir à la famille. Les raisons invoquées sont tout à fait compréhensibles. Mais Jésus ne les accepte pas. S’il ne s’agissait pas du Christ, nous serions tentés de trouver cette réaction passablement arrogante. Mais ce n’est pas ainsi que nous devons interpréter sa réponse car il peut lire dans les coeurs et il connaît l’avenir. Par sa connaissance profonde de chaque coeur humain, il voit plus loin que ces « excuses apparemment valables » qui ne sont que des façades cachant la crainte à s’engager. Jésus sait bien que le moment de répondre à l’appel de la vocation, c’est maintenant et non pas demain. Si on ne saisit pas le moment, si on ne met pas à profit le « carpe diem »,- profiter de ce jour,- ces excuses engendreront une inertie permanente, interminable. Quels sont ces empêchements à ce que je suive le Christ ? Quels sont-ils ?

2. Le Seigneur en vaut la peine.Pour répondre à l’appel de Dieu,notre foi en Jésus-Christ sera notre guide infaillible. Mais alors qu’on reconnaît le Christ sur un plan théorique, le reconnaît-on bien sur le plan pratique ? En théorie, on convient que les « sollicitations raisonnables » de cet évangile devrait inciter à suivre le Christ... En théorie, nous serions prêts à mourir plutôt que de renier notre foi. Mais en pratique, est-ce que je sacrifierais une seule de mes journées, un seul de mes plus petits projets pour l’amour de Jésus ? Il faudrait s’interroger fréquemment à ce sujet. Est-ce que j’aime assez le Christ pour ne pas retarder ma prière afin de dormir un peu plus longtemps ? Pendant un voyage d’été, est-ce que j’irai à la messe, même si cela ne me cause un sérieux dérangement ? N’oublions jamais : le Seigneur en vaut la peine.

3. Après mûre réflexion. Respecter un engagement n’est pas facile. George Bernard Shaw a décrit le mariage comme étant l’union de deux personnes « sous l’influence de la plus violente, la plus folle, la plus trompeuse et éphémère des passions. On leur demande de jurer qu’ils demeureront continuellement dans cet état d’excitation anormale et épuisante jusqu’à ce que mort s’en suive. »
(cité dans « Marriage, a History » de Stéphanie Coontz). Si l’amour est un sentiment, même très chaleureux et fort agréable, la persévérance à long terme peut sembler absurde. Les personnes évoluent, les sentiments changent. Un engagement permanent dans la vocation à laquelle le Christ nous a appelé n’est pas un sentiment mais un don de soi continu. Connaître des luttes et des moments de doute, ce n’est pas « mettre la main à la charrue et regarder en arrière » à condition de se réajuster constamment sur la volonté de Dieu. Réussir notre vocation - quelle qu’elle soit- nous demande d’aller résolument de l’avant sans nous soucier des secousses qu’on trouvera sur son chemin. Dieu nous donnera certainement la grâce de persévérer. Mais c’est à nous de le vouloir.

Dialogue avec le Christ Seigneur, quelquefois je ne vois plus où sont mes priorités. Dans mon esprit, je sais que tu es en tête de liste et pourtant je trouve tant d’excuses pour ne pas te donner complètement le meilleur de moi-même. Pourquoi suis-je satisfait de t’offrir les restes quand tu mérites tout ? Aide-moi à poursuivre la route et à persévérer dans ton amour et ton service.

Résolution Je m’occuperai dès aujourd’hui et sans faute de l’engagement spirituel que je remets toujours à plus tard.



Sur ce thème nous vous proposons de lire...

» Chapitre 9
» Gagner sa vie
» Préparer les cœurs pour le Christ
» L’envoi en mission
» La profession de Pierre
Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales