Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 18 novembre 2017 - Dédicace des Basiliques de Saint Pierre et Saint Paul
Vous êtes ici: Prêtrise » Selon Benoît XVI, même sans ordination, les femmes « peuvent accéder au coeur de la vie chrétienne »
 

Analyses

Selon Benoît XVI, même sans ordination, les femmes « peuvent accéder au coeur de la vie chrétienne »

Dans une lettre de la Congrégation pour la doctrine de la foi adressée aux évêques de l’Eglise catholique, rendue publique le 31 juillet 2004, Mgr Joseph Ratzinger, devenu depuis le pape Benoît XVI, et Mgr Angelo Amato, donnaient quelques éléments sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Eglise et dans le monde.

Sans aborder directement la polémique autour de l’ordination des femmes, l’ex-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi affirme dans cette lettre que « les femmes ont un rôle de la plus grande importance dans la vie de l’Eglise ».

« Le fait que le sacerdoce ministériel soit exclusivement réservé aux hommes n’empêche en rien les femmes d’accéder au coeur de la vie chrétienne », souligne-t-il. « Pour tous les chrétiens, elles sont appelées à être des modèles et des témoins irremplaçables de la manière dont l’épouse répond par l’amour à l’amour de son époux ».

« Ces dernières années, on a vu s’affirmer des tendances nouvelles pour affronter la question de la femme », note-t-il par ailleurs.

« Une première tendance souligne fortement la condition de subordination de la femme, dans le but de susciter une attitude de contestation. La femme, pour être elle-même, s’érige en rival de l’homme. Aux abus de pouvoir, elle répond par une stratégie de recherche du pouvoir ».

« Ce processus conduit à une rivalité entre les sexes, dans laquelle l’identité et le rôle de l’un se réalisent aux dépens de l’autre, avec pour résultat d’introduire dans l’anthropologie une confusion délétère, dont les conséquences les plus immédiates et les plus néfastes se retrouvent dans la structure de la famille », souligne également la Congrégation dans sa lettre.

« Une deuxième tendance apparaît dans le sillage de la première. Pour éviter toute suprématie de l’un ou l’autre sexe, on tend à gommer leurs différences, considérées comme de simples effets d’un conditionnement historique et culturel ».

Source : AP



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales